Apocalypse


 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez
 

 Ballade d'un soir [libre]

Aller en bas 
AuteurMessage
Katzenberg
Vampyr, Chef des Fils de Sang


Nombre de messages : 77
Date d'inscription : 20/08/2006


Niveau:
Ballade d'un soir [libre] Left_bar_bleue30/30Ballade d'un soir [libre] Empty_bar_bleue  (30/30)

Ballade d'un soir [libre] Empty
MessageSujet: Ballade d'un soir [libre]   Ballade d'un soir [libre] Icon_minitimeJeu 29 Mai - 0:58

Il fesait nuit sur Strasbourg, une douce nuit de printemps où la populace n'hésitait pas à sortir malgré l'heure tardive. Dans toute cette foule hétérogène d'humain se tenait un intrus, un homme pour qui la nuit fut pendant de longues décennies la seule vision du monde qu'il ait eut, un homme qui n'a jamais eut de cesse d'admirer la lune qui est sa seule et véritable amie, un homme qui n'en était plus vraiment un, Katzenberg le vampire.

Celui-ci se balladait dans les vieux quartiers de la ville qui l'avait vue grandir, la ville ou il passa sa dernière nuit en tant qu'être vivant. Katzenberg aimait cette ville qui avait sut à certain endroits garder la même forme qu'il y avait plus d'un siècle, dans cette ville il se tenait encore le souvenir de sa femme et de son fils, les deux seules choses le rattachant à la vie.
Mais pour une fois le vampire s'était éloigné de la vieille ville pour passer la soirée dans un établissements un peu plus neufs, il en ressortait d'ailleurs avec à ses bras une femme qui lui parlait d'une voix enjouée. Un homme qui eut connu Katzenberg il y a quelque annés aurait été choqués de le voir maintenant, ayant finalement délaissés ces vieilles frusques datant d'un siècle et même les costumes cravates qu'il avait adopté depuis peu, il se montrait vétu d'habit beaucoup plus "jeune" qui collait plus avec son age apparent, ses cheveux étaient d'ailleurs détachés et il avait même volontairement omis de maquiller son visage trop blanc et laisser ses yeux entièrement noirs sans lentille pour les dissimuler.


- Fiou, il était super ce concert, surtout le deuxième groupe tu trouve pas ... euh.
- Quentin, combien de fois faudra t'il te le rapperler? Dis moi Laura! Pourquoi et tu venu me parler à moi?

Les deux personnages se dirigeait maintenant vers l'arrét de tramway le plus proche, avec eux se trouvait un bon nombre de personne revenant au aussi du concert . La jeune Laura répondit à Katzenberg en lui enserrant la taille:


- Je sais pas vraiment. T'avait l'air intéressant, tu dansais pas et restait dans ton coin traquille mais t'avait quand même l'air plus intéressés par la musique que les autres. Tu dois surement être musicien, donc t'es mon genre de mec. Je fait un peu de piano.

- Ton genre de mec! Interéssant. En fait je ne suis pas habituéà aux genres de mode d'expression tels que se bousculer ou secouer la tête sur un air de musique.

- Et j'adore comme tu parles, tu te surveilles mon vieux un truc de fou. Détend toi un peu.

Ils montèrent dans le tram ou Laura enlaça encore plus tendrement Katzenberg, celui ci rendait les caresses de la jeune fille par d'autres carsses ainsi que des mots doux emprunté à d'anciens auteurs romantiques de son époque. Au bout de plusieurs minutes ils descendirent près dans le vieux Strasbourg ou Katzenberg avait son appartement. La jeune fille fut étonnée du luxe de l'habitation.

- Oh ça. Disons que c'est grace à une affaire de famille qui dure depuis un siècle environ, mentit le vampire à la jeune humaine. La vérité était plutôt constituée d'affreux pillages sanglants et totalement dénoué de moralité ou de pitié. Mets toi plutôt à ton aise, je vais chercher quelque chose.

Il alla regarder dans la chambre ou dormait Antoine pour y retirer le synthétiseur que le jeune homme utilisait de temps de temps. Il revint avec dans le salon et le présenta à la jeune fille.


- Ouah! Dis donc c'est du matériel de pro, attend je vais le brancher si ru veux bien.

Katzenberg la laissa à nouveau faire et il alla chercher une bouteille de vin ainsi que quelque bougies. Lorsqu'il revint Laura s'était mise devant l'instrument qui était rélié à la chaine hi-fi de l'appartement. Elle avait oté sa veste et seule un épais corsage lui restait sur le corps ainsi que sa jupe longue noire, les gens de cette époque appele ce style de vétements "gothiques" mais Katzenberg lui savait qu'il s'agissait pluôt du style vestimentaire des bourgeoises de son époques avec certes un dominance de noir en plus.
Elle était belle cette Laura. Avec ses cheveux blonds teintés méches de noirs et sa peau blanchie par le fard qu'elle mettait. Mais pour un vampire il s'agissait aussi une question de toucher et d'odeur. Elle avait un parfum délicat qui avait réussi à perdurer malgré l'ambiance enfumée du concert, un parfum qui évoquait la sensualité et la douceur. Sa peau aussi était douce et pleine de chaleur. Toute ces chose qui poussait Katzenberg à aimer encore plus cette fille d'un amour fort mais malheuresement très dangereux.

Il retourna au salon ou il offrit un verre de vin à son invitée, il en profita pour éteindre les lampes électriques pour remplacer leur lumière assomante pour Katzenberg à celle plus douce des bougies. La jeune fille était éberluée par cette rencontre d'un soir. Ce ... Quentin ... qui semblait si doux et savait choisir ces mots et ces gestes pour plaire, il avait aussi quelque chose d'indéfinissable, une chose qui lui échappait dès qu'elle pensait l'avoir trouvée.
Ne disant plus mot Katzenberg but lentement le vin en fesant très attention, sa nature vampirique lui interdisait tout aliment solide, son corps ne pouvait acceuillir seulement les liquides et surtout le sang, l'alcool était assez dangereux pour lui et son entourage. Laura se rappocha de lui et voulut lui donner un baiser, le vampire le repoussa doucement, l'embrasser maintenant aurait été la tuer, il voulait l'entendre enocr eun peu avant cela.

- Attends, c'est pas que tu ne me tente pas mais prenons notre temps, tu veux bien? Joue moi plutôt un morceau de piano.

Cette fois Laura fut réellement surprise de l'attitue du jeune homme en face d'elle, elle se savait attirante et selon ses critères Katzenberg en avait déja fait suffisament pour qu'elle accepte de partager son lit mais malgrè cela il préférait l'écoutait jouer de la musique plutôt que de lui sauter dessus.
Sans mot dire, elle s'extirpa du canapé ou tout aurait put finir brutalement et se dirigea
vers le synthétiseur, elle chercha un moment un son plaisant dans la banqu de données et choisit un son de piano classique, elle entama un morceau lent et doux. Une sorte de complainte musicale qui tirait des larmes à la jeune fille à chaque fois qu'elle l'écoutait. La jouer était pour elle un bohneur presque parfait, le paroxysme de la beauté et du mélancolisme déclenchés par ces deux mains habiles.
Katzenberg s'était glissé derrière elle pendant ce temps, il posa sa tête contre l'épaule de Laura et l'enserra au ventre ou il commença à la berçer amouresement pendant que la jeune fille chantait de sa voix claire:


I'm so tired of being here
Suppressed by all my childish fears
And if you have to leave
I wish that you would just leave
Your presence still lingers here
And it won't leave me alone...


Lorsqu'elle eut fini de jouer son morceau le visage de Katzenberg était strié de larmes rouge sang qu'elle ne voyait même plus, une sorte de sourire triste s'était posé sur lui. Même si elle le trouvait trop sensible Laura pensait comprendre ce qu'il pouvait ressentir. C'est pourquoi elle se tourna face à lui et prit son visage entre ses mains. Pendant que leurs bouches se rapprochaient mutuellement Katzenberg eut le temps de dire un dernier mot à la jeune Laura.

- Pardonne moi.

Et les lévres de Latzenberg dévièrent pour aller se coller contre la nuque de la jeune femme, elle ressentit un moment une petite douleur mais ce n'était rien en rapport à la soirée qu'elle venait de passer, dans sa tête résonnait encore le son du piano et de sa voix qui l'accompagnerait pour l'éternité, dans les dernières secondes elle finit par comprendre, mais elle pardonna tout de même le vampire face à elle, car elle comprit aussi qu'il était sincère, qu'il souffrait bien plus qu'elle de la fin tragique de leur couple d'un soir et que le pauvre homme avait dut souffrir ainsi un nombre incalculables de fois. Devoir chaque jour tuer ce que vous aimez pour pouvoir survivre, et ce jusqu'a ce que l'éternité se passe, quel horrible sort...

- Mon dieu c'est fini. Excuse moi Laura.

Il se releva et alla porter le corps inanimé de celle pour qui il s'était épris d'amour dans sa chambre ou il la déposa sur son lit, c'était un rituel. Il fallait qu'elle reste au moins jusqu'a son prochain réveil afin qu'il est le temps de bien se rendre compte de l'acte horrible qu'il vient encore une fois de commettre.
Abattu et détruit, le vampire s'eesuya le visage du sang provenant de ces larmes et descendit sur le perron de son appartement respirer l'air frais, il sentait dans son corps le sang de Laura qui lui donnait la force de tenir encore un peu.
Mécaniquement il sortit un paquet de cigarette, une habitude prise depuis sa rencontre avec BlackKrystal, et alluma un des vingts tubes qui s'y trouvait. Fumant sans s'en rendre compte il resta assis un long moment ainsi à regarder les bateaux passer sur le fleve qui lui fesait face.


( voila si quelqu'un veut continuer ce sujet il est libre de poster)

_________________
Ballade d'un soir [libre] Apocalypsecopieay7
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Souraï
Sans camp
Souraï

Nombre de messages : 22
Age : 28
Date d'inscription : 04/09/2006


Niveau:
Ballade d'un soir [libre] Left_bar_bleue1/1Ballade d'un soir [libre] Empty_bar_bleue  (1/1)

Ballade d'un soir [libre] Empty
MessageSujet: Re: Ballade d'un soir [libre]   Ballade d'un soir [libre] Icon_minitimeLun 2 Juin - 17:08

Le concert avait été un des plus hallucinant que la jeune Souraï avait connu depuis... la nuit précédente. Mais sa, elle ne s'en souvenait pas, comme a chaque fois d'ailleurs. Durant toute la durée du concert, elle avait bien regarder tout les petits détails qui l'entourait : les couleurs magique qui l'entourait, les odeurs de cigarette, de cannabis et de transpiration que pouvait dégager les gens autour d'elle, et chaque sons, chaque notes qu'elle avait parfaitement ressentit traverser dans tout son corps. Elle était ressortit de la salle regardant tout le monde comme si ils débarquait tous d'une autre planette, en même temps leurs visage n'était pas tout a fait normal aux yeux de la jeune femme...

Un jeune qui l'avait regarder une bonne partie du concert s'approcha pour lui parler, mais le problème, c'est que lui aussi lui faisait peur..

- Salut, sa va ? T'es venu toute seule ?
- T'appro...proche pas ou je.. je crie !
- Hey du calme ! Je viens juste discuter, c'est juste qu'avec ton style je me suis dit que tu devait aussi bouger en tawa donc voila, t'avais juste l'air intéressante quoi !
- Ah merde ! Désoler, je suis juste un peu... euuu... un peu fons'der quoi...
- Tu veux quelques chose pour te calmer un peu ?
- Oh putain ! Ouai a mort, t'as de quoi ?
- Ba je doit avoir un peu de C qui me reste, sinon c'est Kéta quoi... Tu me suis ?

Souraï saisit le jeune homme par le bras avec un grand sourire, elle s'était un peu calmer et avait réussis a reprendre pied dans la réalité, enfin presque. Avec le jeune homme qu'elle tenait par le bras, ils faisaient un drôle de couple. Lui : baguit déchirer, une bonne demi douzaine de piercing dans la figure, un tatooage dans le cou, une casquette sale,avec de gros pique dessus... Elle : Sarouel tacher de boue, 3 piercing dans le visage, la peau blanche, presque jaune, des cernes jusqu'à par terre, les coter du crane completement tondue plus quelques cicatrice... Ils auraient presque fait peur rien qu'a leur vue...
Sur le chemin, Souraï n'arrêter pas de rire, et ce qu'elle disait était tellement absurde que cela faisait rire aussi le jeune homme aux éclats. Ils arrivèrent prés d'un arrêt de tram se situant au dessus d'un pont. Souraï fut émerveillée par la beauté de ce qu'elle voyait. Une multitude de petite étoile, de grande onde boréale dans le ciel, puis l'eau,... Aucun mot ne pouvait exister pour dire ce qu'elle ressentait... Le jeune homme, Stix comme il se surnomait l'appelait depuis bien dix minute mais comprenait ce qu'elle pouvait ressentir...

- Aller tu viens ?
- Oui je... Ouaaaaaaa.... Re, regarde ! J'a..j'arrive a..attend.. Oh punaise !!!
- Hey miss aller dépêche toi un peu quand même !

Elle se retourna en poussant encore quelques gémissement de plaisir accompagné de quelques "Ouaaaa" puis monta dans le tram... La, elle resta silencieuse car le changement, trop brutal surement entre la beauté de ce qu'elle venait de voir et les gens qu'elle trouvait tellement sinistre enfermer dans ce vieux wagon tout pourrit ou poussait des espèce d'épine violette sur les murs, lui faisait vraiment peur... Elle fut tellement contente d'en sortir qu'elle ce coucha par terre... chutant dans les poubelles... Stix la releva et la conduisit jusqu'à chez lui...

- Alors, Kéta/trip ou Coco/Trip ?
- Oh pinaise, oh pinaise !!! Euuu, ba mélange les deux !!
- Ahah ! T'es une folle mais bon, jte le fait stu veux...

Il fit les deux "traces", prépara les pailles et tendit la pochette de Cd a Souraï qui ne se fit pas prier... Le colocataire de Stix sortit de sa chambre, les cheveux en bataille, en caleçons et super bien foutu...

- Y te reste encore un peu de C ?
- Ouai va y pose toi... C''est Steph, mon colloc...
- Enchanter miss...
- Lu... On dirais que toi aussi ta bien fait ta nuit ?
- Clair, mais la faut que je remette les idées en places...

Ils passèrent une bonne partie de la nuit a faire des traces, Souraï de plus en plus défoncer... Vers les 4h du matin elle dut partir, se rappelant d'une affaire urgente a régler, elle devait aller tuer un pov'type qui avait arnaquer un de ces partenaire... Elle le dit aux deux jeunes personnes qui se trouvait avec elle, mais la sachant complètement a l'ouest, et l'étant eux aussi, il ne prirent pas cela au sérieux... Steph la raccompagna a l'arrêt de tram le plus proche, habiller d'un vieux peignoir... Ils s'embrassèrent tendrement pour ce quitter tout bêtement...

Souraï descendit a un arrêt car elle ne pouvait plus être enfermer, elle se sentait de plus en plus mal, elle marcha dans les rues, tournant a des endroit qu'elle connaissait par cœur mais dont elle n'arrivait pas du tout a ce souvenir... Au bout d'un moment elle arriva en face d'un grand immeuble, un homme était en train de fumer une cigarette sur le perron... Elle s'approcha essayant tant bien que mal a rester le plus "normal" possible... Le mains dans les poches arrière de son sarouel, ses cheveux attacher en arrière étant complément en feux d'artifice laissant juste apercevoir qu'elle n'avais pas de cheveux sur les coter,regardant un peu partout toute les deux seconde comme si elle se sentait suivit ou observer les bras pleine d'égratignure ou un peu de sang soulait encore un peu ou était éparpiller un peu sur la peau, bref elle avait une allure de clocharde, elle demanda :

- S'cuse moi, t'aurais pas une clope ste...steplait...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Katzenberg
Vampyr, Chef des Fils de Sang


Nombre de messages : 77
Date d'inscription : 20/08/2006


Niveau:
Ballade d'un soir [libre] Left_bar_bleue30/30Ballade d'un soir [libre] Empty_bar_bleue  (30/30)

Ballade d'un soir [libre] Empty
MessageSujet: Re: Ballade d'un soir [libre]   Ballade d'un soir [libre] Icon_minitimeLun 2 Juin - 23:45

Katzenberg était encore une fois perdu dans les tourments de son horrible passé, se soir venait encore une fois de se reproduire pour une énième fois le meurtre d'une personne innocente pourpouvoir permettre à une horreur sans nom de survivre. Comme toujours après chaque meurtre le vampire sentait le dégout de lui même monter en lui, cette envie inextinguible d'en finir avec ce semblant de vie corrompu par le mal.

Il sentait parfaitement le sang de sa dernière victime couler dans ses veines, seule preuve de la culpabilité de Katzenberg et chaque battement de coeur lui semblait être un poignard s'enfonçant dans sa poitrine froide et sans vie.
Mais voila, pendant qu'il se lamentait en fumant cette cigarette qui ne lui fesait aucun effet, fut-il bon ou néfaste, une voix vint le sortir de son cauchemar. Une voix bien réelle appartenant à une femme qui lui réclamait quelque chose, trop occupé par ses pensées il n'entendit pas clairement ce qu'on lui demandait.

- Excusez moi j'ai mal entendut. Pouvez vous répéter s'il vous plait?

Il n'avait pas tourner la tête, il préférait écouter un moment la voix de la femme avant de connaître son visage.


- Euh ... J't'ai d'mandé une clope ... steup.

Katzenberg mit un temps de réflexion relativement long avant de comprendre ce que voulait la jeune femme, il se rappela la cigarette qui pendait à ses doigts et chercha le paquet de Pall Mall caché dans le revert de son veston.

*C'est vrai que maintenant il y a tant de mot pour une même chose. *

- Tenez, servez vous autant que vous le désirez.

Le vampire tendit le paquet de cigarette à Souraï, il se décida aussi à tourner sa tête pour voir le visage de celle-ci. Il put la voir enfin, elle n'était pas comme il se l'était imaginée au son de sa voix, elle avait l'air beaucoup moins "classique".
Mais au final elle n'était qu'une humaine, d'ailleurs pendant les quelques secondes ou leur visages étaient face à face il se rendit compte que Souraï lui lançait un regard empreint de défiance et de peur. Il se rappela soudainement que ses yeux ne portaient pas de lentille.
En effet, la jeune Souraï ne vit qu'une chose du visage de Katzenberg. Car à cause de la longue chevelure du vampire son visage à la peau d'albâtre était voilé sous un masque d'ombre, mais même avec cet ombre elle aurait dut voir un minimum de couleur dans les yeux de la personne en face d'elle. Au lieu de cela elle entre-aperçut sur le faciés du vampire les deux fentes sur lesqueslles s'ouvrait les gouffres entièrement noir du vampire. La principale source de sa force résidait dans ses deux billes recouverte depuis sa mort d'une couche d'ombre encore plus noir encore que le pire des cauchemar qu'un homme puisse faire.
Ces yeux noirs qui semblait aspirer la lumière plutôt que de la refléter, tout comme ils étaient capables d'aspirer la raison des humains dans une sorte de théatre halluciantoire encore plus terrifiant qu'un délirium tremens ou même les hallucinations que peuvent provoquer les drogues lors de "bad trip".

Et cela Katzenberg le savait mieux que personne,car personne ne s'était jamais échappé de sa mortelle convoitise grace à ces deux armes délirantes. Mais il n'avait plus envoe de tuer qui que ce soit pour ce soir et bien d'autres encore. C'est pourquoi il detourna aussitôt sa tête pour ne montrer à Souraï que son profil fin mais couvert par la masse lisse de ses cheveux brun.
Il sentit le contact de la main de la jeune femme sur la sienne pour lui prendre le paquet de cigarette puit ensuite plus rien. Mais malgré tout elle était encore là, et Katzenberg ne pouvait pas s'enfuir en rentrant bétement chez lui, pas avec une cigarette à la main...

- Au fait. Comment t'appele tu?

_________________
Ballade d'un soir [libre] Apocalypsecopieay7
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Souraï
Sans camp
Souraï

Nombre de messages : 22
Age : 28
Date d'inscription : 04/09/2006


Niveau:
Ballade d'un soir [libre] Left_bar_bleue1/1Ballade d'un soir [libre] Empty_bar_bleue  (1/1)

Ballade d'un soir [libre] Empty
MessageSujet: Re: Ballade d'un soir [libre]   Ballade d'un soir [libre] Icon_minitimeMer 4 Juin - 15:46

En réalité Souraï ne pouvais pas voir grand chose au visage du vampire... Enfin elle voyais plutôt quelques chose de déformer que réellement un visage. Une fois elle le regardait ses yeux était grand comme deux grandes boules de bowling, une autre fois c'était sa bouche qui s'allongeait aussi grande qu'une grosse banane. Souraï accepta la cigarette et chercha longtemps et bêtement un briquet dans ses poches, sans vraiment trouver ses poches...

- Euhmm... Moi c'est... euuu... c'est... [ long moment d'hésitation ] Ah ouai ! Moi c'est Souraï ! Et toi ? Euuu... et vous ?

Elle chercha encore un moment son briquet puis le trouva enfin. Elle le fit tomber par terre une bonne demi douzaine de fois avant d'arriver enfin a allumer sa cigarette. Elle tremblant un peu, ses mains était moite et elle ne voyait pas vraiment droit... Elle vint s'asseoir a coter de l'inconnue sans aucune gêne, comme si ils se connaissait depuis longtemps. Souraï avait l'habitude de choquer les gens sans vraiment y faire attention même si ce dernier n'avait pas l'air choquer pour un sous lorsque la jeune femme vint se poser a coter de lui.

- Toi c'est comment ?

Elle regardait le quai comme si c'était la 9eme merveille du monde. Elle se tenait le visage, la vue qui se trouvait en face d'elle était si belle que les larmes commençait a lui monter au visage, elle avait l'air troubler, comme si elle redécouvrait quelques chose qu'elle voyait pourtant tout les jours... Puis tout d'un cou, elle se leva, rapidement, en se donnant une grande claques sur le front, manquant presque de se ratatiner au sol comme une vulgaire chaussette que l'on aurait jeter du dernier étage...

- He merde ! Y va me tuer !

Elle fit quelques tour sur elle même, essayant de repérer les lieux...

- Euhmmm dites moi on est ou ? Faut que je trouve deux nanas pour... euhmm... un travail...

Elle fit un grand sourire au vampires se trouvant en face d'elle, y faut bien dire que dans ces états second qui était plutôt naturelle chez elle, surtout le soir après des moment de fête comme ce concert, Souraï avait l'habitude de raconter un peu sa vie au inconnue mais jamais personne ne la prenais au sérieux... C'est aussi ce qui aurait pu ce passer, l'inconnue aurait pu penser a un travail de n'importe quel sorte sauf que le grand poignard se trouvant dans la ceinture de Souraï tomba au sol, et surement pu t'il sentir le sang de ses nombreuse victimes qui se trouvait sur la lame pourtant nettoyer du grand et magnifique "petit couteau" de la jeune femme...

- Oups... Euuu, sa c'est... euuu...

La jeune femme ne trouvait plus ses mots, gêné ? Surement... Mais même complètement défoncer elle se dit qu'il ne pouvait en aucun cas savoir que se poignard était son outil de travail... Elle inventa donc un mensonges, racontant comme quoi c'était simplement une arme de défense car on ne sais jamais sur qui on peut tomber la nuit dans les petites ruelles de Strasbourg mais qu'elle n'avait encore jamais eu a s'en servir... Mais bon, vaut mieux être prudente quand on est une jeune femme comme elle non ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




Ballade d'un soir [libre] Empty
MessageSujet: Re: Ballade d'un soir [libre]   Ballade d'un soir [libre] Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
Ballade d'un soir [libre]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Quel accueil de la part des oiseaux! (libre)
» Lettre [libre]
» Au ciné ce soir
» Une petite baignade [libre]
» Un soir dans les ruelles de Madorass [libre]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Apocalypse :: Royaume Terrestre :: Europe :: Strasbourg-
Sauter vers: